I never drink...

24 juillet 2010

Comment séduire un vampire (sans y laisser sa peau) - Vlad Mezrich

comment_sduire_un_vampire_sans_y_laisser_sa_peau_22109777

Si toi aussi tu as passé une bonne partie de tes années lycée à remplir les tests de J&J et compagnie, ce livre est pour toi.

 

Statistiques à l'appui, ce livre guidera l'adolescente que vous êtes (si, si, on le reste) dans votre quête de l'aimé à longues dents.

 

Plus sérieusement, si ce livre a un intérêt, c'est sa mise en page haute en couleur qui en fait un objet-gadget de collection pour tout vampire-addict qui se respecte. C'est aussi une idée cadeau pas trop cher (9,90€) qui recèle quelques bijoux d'humour V (dont le modèle pour broderie vampirique au point de croix, histoire d'agrémenter votre caveau d'une déco très personnelle).

 

D'abord à destination d'un public américain, on retrouve pas mal de références qui échapperont peut-être à tous ceux qui n'ont pas grandi en regardant Buffy.

 

Les chapitres sont entrecoupés de "témoignages" bourrés de références à la littérature vampirique, on peut donc lire ce petit manuel à des degrés très différents et s'amuser à se mettre dans la peau d'une ado "Twilight" l'espace d'un quiz "Votre coeur brûle-t-il d'une flamme éternelle ?".

 

Il peut également être utile aux chasseurs néophytes puisqu'un schéma à l'exécution parfaite montre comment différencier un humain d'un vampire. Un profil facebook comparé propose également quelques indices clefs pour repérer une créature de la nuit.

Enfin, grâce à ce livre tu sauras enfin trier les gamer des émos et des gothiques qui se mettront sur ton chemin pour enfin rencontrer ton own private shiny Edward.

A noter qu'Hachette* a fait preuve de beaucoup d'humour et d'originalité en publiant ce livre certes commercial au plus haut point mais néanmoins divertissant.

*(puisque la maison édite la saga du désir interdit dans sa collection Blackmoon)

Posté par Heights à 20:43 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


23 février 2010

L'assistant du vampire - Chris Weitz

J'arrive encore une fois après la bataille, mais je vous propose aujourd'hui un 2 en 1 presque pas hors sujet. Ca valait le coup de le souligner.

l_assistant_du_vampire_16072_21147482


L'assistant du vampire ou Cirque du Freak est originellement (et vous le savez certainement), un roman de Darren Shan mettant en scène un héros du même nom, mais nettement plus jeune...

Un héros qui a de bonnes notes, est propre sur lui, plait aux filles, est assez populaire, mais qui s'encanaille régulièrement avec son meilleur ami Steve, loubard du lycée, souffrant de l'alcoolisme de sa mère célibataire.
Un jour, Steve entraîne Darren dans un cirque assez particulier, dernière foire au monstre recensée, et lui assure que le vampire qui se présente à leurs yeux en est un vrai. Après moult péripéties, Darren devra devenir l'assistant de ce fameux vampire afin de sauver la vie de Steve.

Bon. Autant vous dire que l'intrigue est si légère qu'on a dû compiler trois livres de Shan l'écrivain pour étaler sur 1h40 les aventures de Shan le personnage.

Quelques très bons seconds rôles sauvent l'affaire (à l'image de Salma Hayek en femme à barbe, charmante as usual), les ados sont nettement moins bons, surtout la fille, aussi statique qu'un balai brosse, et le méchant pas convaincant. Le héros est sensé être lisse, il remplit son rôle parfaitement, à surveiller dans les prochains opus.

l_assistant_du_vampire_19


Quelques passages humoristiques réussis à noter, un panel de Freaks assez étonnant desservi par des effets spéciaux trop cheap, malheureusement.

Des passages osés de gore aussi, pas autant que dans les livres, mais c'est du Chris Weitz... il y a toute l'industrie derrière pour veiller aux bonnes moeurs.

En parlant de bonnes moeurs et si Darren Shan vous dégoûte profondément : dégustez le dernier Anthony Horowitz parut en France où l'auteur abat son confrère lors de sa première nouvelle. Un délice de gore pour jeunes adultes.

Un bijou, de l'horreur et un ovni dans l'édition jeunesse, complètement passé sous silence lors des campagnes de communication alors achetez : Nouvelles histoires sanglantes d'Anthony Horowitz chez Hachette (d'ailleurs tous les Horowitz jusqu'aux années 2000 sont très bons pour votre santé mentale).

Et dégustez.

Le film est un bon divertissement, la fin un peu longuette me retient d'être positive, et je ne dirai pas que ça apporte grand chose au mythe du vampire, au mieux ça prépare le terrain pour plus tard.

A voir sur la longueur donc !

Posté par Heights à 23:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 janvier 2010

Marquée - P.C & Kristin Cast - La Maison de la Nuit Tome 1

47980374

Si vous n'en avez pas encore entendu parler, c'est pour bientôt...

Pocket lance avec moult attirail cette tétralogie (ça vous rappelle quelque chose ?), que l'on pourrait résumer comme un Harry Potter vampirique.

Oui, mais bon, rien n'est si simple, alors développons :

L'héroïne est une ado américaine banale qui un jour, après les cours, se fait apposer une marque, signe qu'elle a été désignée pour subir la transformation. Transformation vampirique, bien sûr.

Sauf qu'une personne sur 10 en meure (dans d'atroces souffrances, ce qui est assez surprenant pour un produit calibré très US, il y a un côté très cruel).

Le côté HP, c'est qu'une fois marquée, elle doit se rendre dans les 48h à la Maison de la nuit la plus proche de chez elle et y suivre des cours bizarroides dispensés par des méchants et des gentils et s'intégrer dans un clan, et faire de la magie noire, et cotoyer des bestioles mi-de compagnie, mi-magiques.

La relation de l'héroïne et de sa mère est sans concession, on dirait vraiment que l'auteur était en pleine crise d'adolescence lorsqu'elle a stéréotypé les réactions maternelles. Ce qui n'est pas impossible puisque l'oeuvre est celle d'une mère et de sa (jeune) fille.

Bourré de clichés (mais de clichés "comme on les aime"), ce livre saura être une bonne lecture de détente, et l'héroïne est assez futée pour qu'on accepte de la suivre dans le tome 2 (dont le premier chapitre est disponible à la fin du tome 1).

Oh et la love story on n'y croit pas une seconde... mais certains personnages figuratifs sont assez mordants pour faire passer la pilule.

Idéal pour des ado pas très lecteurs.

http://www.lamaisondelanuit.fr/ecole/le-pensionnat : à visiter pour se plonger dans l'ambiance.

Posté par Heights à 23:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 novembre 2009

Comment se débarrasser d'un vampire amoureux - Beth Fantaskey

Les éditions du Masque se lancent dans une collection pour jeunes adultes et n'échappent pas à l'inévitable roman vampirique pour midinette.

A la charte graphique très Twilightienne, Comment se débarrasser d'un vampire amoureux se veut avant tout un anti-Stephenie Meyer.

41JXr3WViHL

Lorsqu'un illustre inconnu (un étranger en plus !)(et un Roumain avec ça !)(au nom à coucher dehors, bien entendu) s'immisce dans la vie tranquille de Jessica, ado Etats-Unienne plutôt banale (mais c'est ça qui la rend uniiiique !) sa meilleure amie l'envie, son ennemie la jalouse, ses parents l'encouragent à apprendre à le connaître mais elle... elle se méfie de ce grand type attifé comme un prince utilisant un vocabulaire hors d'âge, surtout quand il l'appelle Antanasia.

Il s'agit en effet de son nom de baptême, connu seulement d'elle et de ses parents adoptifs.

Lucius, le bel étranger, ne tarde pas à tout lui révéler : il est venu la chercher pour la ramener au bercail (la Roumanie si vous suivez) et en faire sa princesse... vampire.

Or Jessica, elle, veut faire du cheval, des maths et fricoter avec le fils des paysans du coin, le GENTIL Jake.

Un roman tout plein des ingrédients du teen-age, le bal de fin d'année, les clans dans la high-school, les amourettes, les bagarres entre mâles à la fin des cours... bref ! Rien d'étonnant concernant la forme si ce n'est les détails rendant cette histoire sympathique : les parents new-age ethnologues adeptes du bio (assez intégristes même), le vampire vraiment old-school qui pour le coup fait tâche, le côté tête de mule aveuglée de l'héroïne.

Des passages moins réussis : les histoires de chevaux vraiment peu crédibles, et la métaphore à la con du cheval indomptable, comprendrons ceux qui lirons. Et quelques moments à l'eau de rose qui tombent à plat, ou encore les sermons sur la beauté des "formes" de l'héroïne et ses atermoiements sur ses trois kilos pris l'été dernier : on s'en fout !

Lecture que je conseille néanmoins, idéale pour les trajets en métro (on est sûr de pas perdre le fil de l'histoire à chaque station), une vision sociale du vampire plutôt drôle et divertissante. Oh et si mme Brontë était vivante elle serait multimillionnaire étant donnée la publicité énorme apportée à Wuthering Heights (les hauts de hurlevent) par toutes les saga à la mode : Twilight, Les vampires de Manhattan et ce livre.

Je parle de saga car la suite est disponible, en anglais certes, mais gratuitement et en ligne sur le site de Beth Fantaskey, l'autrice :

http://bethfantaskey.com/

Je vous en déconseille la visite si vous n'avez pas lu le livre, c'est rempli de spoilers !

Posté par Heights à 00:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 août 2009

Rentrée TéléVisée

Hey !

Voici une preview étendue de 5 minutes de l'adaptation télévisée "Vampire Diaries"

http://www.megavideo.com/?v=MBTEA62T

Et pour une fois, je n'ai pas envie d'avoir de préjugés, alors à vous de vous faire votre propre avis, j'attendrai le season premiere pour vous confier le mien.

Je tenais juste à signifier au passage le plagiat éhonté des personnages et de l'histoire de L'ombre des vampires, roman jeunesse peu connu de Mette Skot Perschke...

On peut duper de jeunes cerveaux bercés de stream-lit mais pas le mien qui repère le copiage de n'importe quelle bit-lit !

Sur ce bonnes vacances, je file pour ma part dès lundi vers le soleil Barcelonais !

Posté par Heights à 21:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


20 juillet 2009

The Secret Of Summer - Bret Easton Ellis in "The Informers" / "Zombies"

Bret Easton Ellis est connu pour choisir des narrateurs peu fiables à ses histoires. Menteurs et manipulateurs, ils ne le sont pas moins lorsqu'on leur confie les rênes d'un roman ou d'une nouvelle.

Quand "le meilleur écrivain du monde" se lance dans le vampirisme cela donne le chapitre 10 de The Informers (en français : Zombies chez 10/18) "The Secrets Of Summer".

Le héros Jamie (Price ?) drague une mineure dans un bar quelconque pour jeunesse dorée de L.A, la ramène chez lui, la baise et la "saigne". Dès lors on comprend peu à peu la nature de ce protagoniste qui n'a pas de meubles ou presque et un frigo rempli de viande...

Son passe-temps est les blagues racistes (sur les éthiopiens, principalement), moyen sûr de reconnaître ses alliés qui riront et ses ennemis qui ne comprendront pas ou se révolteront.

De jeune fille en jeune fille on le suit, faire des bad trip, remporter de petites victoires, et finalement se retrouver (sur)pris à son propre piège.

Loin d'être un "vampire" solitaire, il rend visite à des amis et devient nettement moins classe en comparaison à ses compères, borderline toujours, il finira par rendre visite à son psy et on ne saura jamais si ce dernier devrait prendre les menaces de son patient au premier degré ou en rire et le faire interner...

Récit à mi-chemin entre vampirisme et maladie mentale, Ellis nous embrume et nous cogne contre les murs à chaques lignes... Une nouvelle a ne pas manquer au coeur d'un recueil à la qualité inégale.

Posté par Heights à 10:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 juin 2009

La Lignée - Guillermo del Toro

the_strain_cover


Guillermo Del Toro, c'est le gros nounours qui a réalisé Blade II, Hellboy, et qui va bientôt s'attaquer à Bilbot le Hobbit.

Chuck Hogan, c'est un écrivain un peu plus mystérieux mais tout aussi talentueux de polar, dont Le Prince des Braqueurs (bientôt adapté avec Ben Affleck dans le rôle principal).

Les deux ensembles ça donne La lignée, premier tome d'une trilogie mettant en scène Abraham Setrakian, prêteur sur gages New Yorkais d'origine arménienne à qui sa grand-mère racontait, étant petit, des contes terrifiants, faisant état d'un géant sanguinaire se promenant la nuit dans la campagne... Sorte de figure tutélaire du fameux Abraham Van Helsing -les auteurs s'inspirent énormément du Dracula de Stoker, ne serait-ce que par le clin d'oeil énorme qui suit-

La Lignée débute avec un avion qui se pose à Kennedy Airport sans aucun signe de vie à l'intérieur (Déméter, anyone ?). A première vue... puisque 4 survivants seront rappatriés et mis en quarantaine. Quelques jours après... 7 pour être exacts... ils commencent à montrer des signes inquiétants... des tumeurs cancéreuses multiples se forment sous leur cage thoracique, ils deviennent blêmes et sont très attirés par... le sang.

Le sang est une des vraies trouvailles de ce livre, Del Toro a réellement une imagination débordante et on comprend que ce soit le réalisateur le plus occupé d'Hollywood à l'heure actuelle... On pourrait facilement tomber dans le cliché "ouais tellement occupé qu'il a payé quelqu'un pour lui écrire son bouquin"... non. Del Toro et Hogan ont collaboré à quatre mains. Hogan n'ayant jamais versé dans l'horreur avant.

Car c'est bien de l'horreur dont on parle, pas de vampires romantiques qui comptent fleurette à des jeunes filles énamourées et anémiques... C'est du vampire inédit, plus proche de ceux de Je suis une légende que de toute autre oeuvre, mais au caractère unique... Qu'il me tarde que vous découvriez dès le 17 septembre (aux Presses de la Cité)

http://www.thestraintrilogy.com/

Et comme goodies... voici les géniaux trailer qui suffiront tous seuls à vous convaincre d'acquérir ce petit bijou :

Posté par Heights à 20:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 mai 2009

Les vampires de Manhattan / Sang-Bleu by Melissa de la Cruz

Un fois n'est pas coutume, si on parlait de roman jeunesse ?

Je vous propose aujourd'hui le Gossip Girl Vampirique, j'ai nommé Les vampires de Manhattan.

Effectivement si on y regarde de plus près la couverture est tapageuse et le résumé assez cliché, cependant, un détail m'a attiré, la collection : Wiz chez Albin Michel était ma collection préférée étant ado (grâce à l'inoubliable Quadrille des Assassins de l'excellent Hervé Jubert, entre autres réjouissances).

Je me suis laissée tenter par le premier tome, et, prise au jeu, par le second que je n'ai pas terminé de lire à l'heure actuelle.

La surprise est plutôt bonne.

Bien sûr il ne faut pas s'attendre à de la littérature de haute volée. Il s'agit de la pure chick-lit adaptée aux codes vampiriques.

Si le premier faisait état d'un alibi pseudo-historique (les vampires auraient débarqué en amérique du nord sur le Mayflower et une colonie entière aurait été décimée sans qu'on sache comment ni pourquoi, le seul indice restant l'inscription "Croatan" retrouvée sur place), le second assume totalement son côté un brin superficiel.

Il s'agit avant tout d'une guerre sociale à l'intérieur d'une communauté vampirique (les sociolites de l'upper east side, en l'occurence), la métaphore vampirique colle parfaitement à ce petit monde, bien évidemment. Mais la surprise est ailleurs : la mythologie instaurée fait état de cycles pour les vampires ayant chacun une âme soeur. A chaque renaissance ils doivent retrouver leur jumeau-vampire qui a pu changer d'apparence, de nom, de localisation...

C'est ainsi que lors d'un nouveau cycle, un couple phare dans le monde vampirique est né sous forme de jumeaux humains. Ce qui créé une sorte de relation ambigüe mi-fraternelle mi-amoureuse rendant beaucoup plus profond le personnage de l'apparente méchante.

Le fait d'avoir des familliers humains aidant les vampires dans leur transformation (au bout de 15 à 16 années humaines leur adn se modifie) est un atout de plus. On passe outre la bonne vieille obsession pour le sang et les règles instaurées semblent assez réalistes.

Tout n'est pas tout rose puisqu'un jour, ce joli monde est secoué par la mort d'une des sang-bleu (vampires, donc), chose inimaginable signifiant le retour de leurs prédateurs... les sang-d'argent.

Le bémol que j'assénerai à cette série (le tome trois va sortir very soon) serait le risque de pencher dans la religion et l'extase à deux balles. En effet, l'intrigue glisse peu à peu vers des histoires d'anges et de démons, de paradis et d'enfer, et on aimerait bien laisser ça à Anne Rice.

Juste à Anne Rice (et qu'elle s'étouffe avec, si possible).

Posté par Heights à 11:48 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

21 janvier 2009

Sur les traces de Dracula / Bram Stoker - Séra & Yves H.

Oui je ne parlerai que de celui-ci, parce qu'à mon avis, sur la trilogie, c'est le seul vraiment bon.
Quelle trilogie ?

Celle des Bandes dessinées sur Dracula parues chez Casterman (13€).

Le premier Tome raconte le vie de Vlad l'Empaleur -que vous connaissez déjà par cœur si vous êtes tombés là les enfants-, le dernier Transylvania est centré sur la Roumanie actuelle... et n'apporte rien au Schmilblick.

Le dessinateur change à chaque album et ce n'est pas une réussite alors...

5080

...je ne vous parlerai donc que du tome II.
Il a le mérite de s'attacher à l'auteur derrière le best-seller. La vraie victime de Dracula.
A la manière du Docteur Frankenstein, Stoker s'est laissé débordé par son oeuvre. Conscient d'avoir produit un chef-d'oeuvre à bien des égards trop réaliste, l'écrivain sombrera dans une folie paranoïaque.

Tout le monde oubliera ces deux mots au dessus de "Dracula" ; Bram & Stoker.

J'ai remarqué que personne ne sait trop comment orthographier ce nom singulier... et bien peut-être qu'en lisant cette B-D (et je dis bien LIRE), vous retiendrez à jamais ces 7 consonnes et 3 voyelles.

Attention cependant aux yeux fainéants, il y a beaucoup à déchiffrer. Autant dans le graphisme très inspiré des collages et de la gravure, que dans le texte, très élaboré.

Et à la fin de ces quelques pages en papier glacé, vous pourrez enfin vous dire que vous détenez la vérité sur Dracula...

...enfin, sur le livre.

Posté par Heights à 21:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 janvier 2009

Riverdream - George R. R. Martin

C'est l'histoire des vapeurs sur le Mississippi et du sud-est des Etats-Unis.

C'est l'histoire d'un affreux Captain Igloo, qui prend conscience d'ô combien il est laid quand son bateau est racheté par le beau Joshua York.

river

Un roman vampirique court mais pas trop.

Un roman vampirique original (fluvial, dirigé par un binôme non homosexuel où il n'est jamais question de transformation de l'autre, et faisant part de familles vampiriques où chaque membre n'est pas un bloc de marbre noir ou blanc).

Un roman vampirique bien écrit (par l'auteur de la douzaine de Trône de fer, anyone ?).

Même les V-lecteurs les plus fervents seront désarmés par les retournements de situations... que l'on croit attendus mais qui sont bien plus pervers.

L'écriture est à l'image du récit, et ça fait du bien. Ne vous attendez pas à du grandiloquent, à du romantique mélo. Il s'agit juste d'un vrai, -bon, maîtrisé de bout en bout- roman fantastique. Avec des vampires (parfois très très méchant, alors petites natures s'abstenir, on retrouve la cruauté d'un Dan Simmons chez ces vampires de Louisianne, plus que des turpitudes Anne Riciennes).

Posté par Heights à 20:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]